Une idée de fou!

Une idée de fou qui va se concrétiser! 

Par Jade Éthier Bélec

Jade récidive avec un article inspirant! En effet, Jade nous parle de la nouvelle vie qu’elle se prépare à vivre en 2018. Ça prend du courage et de la détermination. Je vous laisse découvrir de quoi il s’agit dans les lignes qui suivent…  

Bonne lecture! 

Jade est une jeune femme de 25 ans qui croque dans la vie! Dans les dernières années, Jade s’est découvert une passion pour le domaine du développement personnel et de la pleine conscience. Conférences, formations, ateliers, livres et même une retraite Vipassana lui ont fait prendre conscience de toutes ses forces et de la mission qui l’habitent : inspirer et aider le plus de gens possibles à se réaliser et prendre conscience de leur plein potentiel.

Liens :

Facebook         YouTube

Site web : À venir

As-tu déjà vécu une illumination ou ressenti une conviction profonde pour quelque chose que tu désirais vraiment, à un point tel qu’il n’y avait pas d’autre option que de le réaliser? À un point tel qu’un plan B, C et D n’étaient pas envisageables?

Le déclic

Eh bien, c’est exactement ce qui m’est arrivé dernièrement. Je suis tombée sur un article du blog Les Nomades sur la page de Lydiane autour du monde, et les larmes ont coulé sur mes joues. J’étais à mon ordinateur, assise devant ma carte du monde et j’ai eu ce que j’appelle une sorte d’illumination ou de révélation sur ma vie. J’ai lu l’histoire de Lydiane, dans laquelle elle expliquait sa transition d’une vie sédentaire au Québec à une vie de nomade autour du monde. Je lisais l’article, et c’est comme si j’avais pu écrire chacune des lignes tellement son histoire et sa philosophie de vie me rejoignaient. J’ai toujours eu envie de voyager, mais je n’étais pas parvenue jusqu’à aujourd’hui à me mettre de l’argent de côté et à vraiment m’organiser pour partir. Je ne sais pas ce que cet article a créé en moi, mais j’ai pris un engagement envers moi-même depuis ce jour : d’ici le 1er juillet 2018, j’économise, je vends tout ce que j’ai et je quitte avec un billet aller-simple pour voyager. Je veux que le voyage soit mon mode de vie.

Après avoir eu cette révélation, j’ai analysé ce qui s’était produit en moi et si j’essaie de le rationaliser, j’arrive à cette conclusion : j’ai toujours voulu voyager, mais je n’avais pas envisagé que c’était possible de tout quitter pour adopter un tel mode de vie. Quand j’ai lu l’article, c’est comme si on venait d’apprendre à mon âme qu’on lui donnait la possibilité de faire ce qu’elle voulait au plus profond, alors qu’elle ignorait que c’était possible de le faire. Tout est possible tu vas me dire, mais moi, dans ma tête de jeune femme de 25 ans, je n’avais pas envisagé l’option de me donner le droit de vivre ma vie comme je l’entends, c’est-à-dire à l’opposé du modèle de la société suggéré de nos jours.

 

La remise en question

Qui a dit que pour être heureux, il fallait un bon emploi, une maison, une voiture (bref, le fameux rêve américain?) Et si j’avais le droit moi, tout comme toi, d’avoir ma vraie définition du bonheur? Et si c’était d’être totalement libre, sans domicile fixe, sans savoir ce qui m’attends le lendemain et dans quel pays je vais me retrouver le mois prochain? Pour moi, j’ai réalisé qu’à cette période de ma vie, c’était ça ma définition du bonheur!

 

Un projet en construction

Ma destination, mon itinéraire et plusieurs détails restent à organiser évidemment, mais juste d’avoir pris cette décision pour moi, pour ma vie, c’est incroyable et je peux clamer haut et fort que je suis fière de m’écouter et de réaliser ce rêve qui deviendra bientôt ma réalité.  Je ne me mets aucune limite de temps. Peut-être que je reviendrai plus tôt, trop tard ou jamais, qui sait?

J’écris tout ça et je suis surexcitée à l’idée de partir! J’ai littéralement le sourire aux lèvres, on croirait une petite fille de 5 ans, je te jure!! Depuis que j’ai pris ma décision, je vis évidemment un mélange d’excitation et de plaisir, mais aussi d’inquiétude et d’incertitude. Je vais te confier quelque chose : mon désir de le faire est tellement grand qu’il dépasse mes peurs. C’est pourquoi aussi je me laisse un an pour m’organiser et bien planifier ce grand projet. Et même si tout est planifié,  je me dis que la peur sera quand même présente au bout du compte. Mais tu sais quoi? Ça fait partie du processus, et la peur va toujours m’accompagner… c’est elle qui me fait avancer! C’est magique, non?  Et je me dis qu’il faut bien que je laisse place aux imprévus et à la spontanéité. Je ne peux pas tout planifier et organiser quand même. Mon ego aimerait bien ça, mais la petite Jade en moi veut se laisser découvrir et avoir des surprises en cours de route! Et entre toi et moi, c’est impossible de tout prévoir. Vaut mieux être ouvert aux imprévus et à la magie du voyage!

Vivre d’amour et d’eau fraîche?

En lisant ces lignes, j’imagine qu’une question évidente te vient à l’esprit : comment gagner sa vie en voyageant? Eh bien, c’est une bonne question, et je me la suis posée aussi!

Première option : je sais que dans plusieurs endroits il est possible de faire du bénévolat en échange d’être logé et nourrit (auberges de jeunesse, fermes). Ça c’est la première option.

Deuxième option : j’ai pensé commencer mon périple au Canada, plus précisément dans l’Ouest canadien, pour me faire un fond d’argent en début de voyage et surtout qu’au Canada, je peux travailler, alors qu’à l’étranger, j’aurai besoin d’un visa pour recevoir légalement un revenu. Ce sera à prévoir en temps et lieux.

Troisième option : Je prévois aussi me partir une page Facebook et un blog dans lequel je pourrai partager mes récits d’aventures et si j’arrive à avoir assez de personnes qui me suivent, je pourrai à ce moment faire du référencement et avoir une source de revenu à travers mon blog. Au moment où j’écris cet article je m’y connais plus ou moins à ce niveau, mais comme j’ai un an devant moi, je vais avoir le temps de bien me préparer avant mon départ.

Entre-temps, il y a l’épargne…

Dôté épargne, j’ai décidé de me prendre, à partir de cet été, un deuxième job à temps partiel (probablement comme livreur pour le restaurant St-Hubert, environ 2 jours par semaine) afin d’avoir une source de revenu supplémentaire. Je mets déjà depuis janvier 10 % de ma paye de côté, et mon deuxième revenu sera aussi entièrement dédié à mon voyage, comme j’arrive déjà financièrement avec mon travail principal à la Société canadienne du cancer. Comme mon poste d’agente de développement me demande déjà beaucoup au niveau intellectuel, je me suis dit qu’un job comme livreur était un deuxième emploi parfait puisque c’est un travail moins exigeant en ce sens. Je déménage aussi en juillet dans un logement plus petit et moins cher. Il faut faire quelques sacrifices quand même.

… et la réduction des dépenses

Au niveau des dépenses, je n’ai pas eu d’autres choix que de me faire un budget. Quand j’ai réalisé que je dépensais en moyenne 3  600 $ par année dans les restaurants, j’ai fait le saut! Essaye pour voir de calculer pour le fun….. ça grimpe vite un 20 $ par ci et un 40 $ par là….

Une prise de conscience en toute « simplicité »
J’arrête aussi de m’acheter du linge ou des choses inutiles, excepté tout ce qui est en lien avec mon voyage. Je me suis fait offrir aussi dernièrement le livre : En as-tu vraiment besoin? Juste le titre m’a fait travailler et je me suis mise à vendre et me débarrasser de plusieurs choses dans les dernières semaines!
Un petit truc : si tu n’as pas touché à un objet ou morceau de vêtement depuis plus d’un an, donne-le ou vend-le. Si tu ne l’as pas utilisé dans la dernière année, il est fort probable que tu ne l’utiliseras pas dans la prochaine année non plus. Je constate qu’on garde et qu’on accumule beaucoup trop de choses de nos jours « au cas où »! Ma garde-robe était pleine de vêtements au cas où je maigrirais de 20 lb…. Eh bien, ce n’est pas arrivé depuis 2 ans, alors je donne et je rends une autre personne heureuse!

J’ai lu une citation dernièrement que j’ai bien aimée :

Si on nait avec rien et qu’on meurt avec rien, alors on a rien à perdre!

Pourquoi s’attacher autant à du matériel? Mon, ma, mes…. Cessons de vouloir tout posséder et à la place, profitons de la vie!

Wow j’écris et ça me fait du bien de me lire, en toute humilité. De toute façon je n’ai pas vraiment le choix de me détacher de mes biens matériels, car dans un an, tout ce que j’aurai, c’est un pack sac : ma vie dans un pack sac! Wow c’est beau dit comme ça non?

En lisant ces lignes, peut-être que tu me trouves bizarre, drôle ou inspirante, mais sache que moi je trippe à l’idée d’avoir ma vie dans un pack sac! C’est tout un défi non? Wow! Plus rien, sauf l’essentiel. Après tout, pour être heureux, on a besoin de peu!

Alors voilà! Un beau projet m’attend et je suis heureuse de t’avoir partagé mon histoire. Sache que je suis preneuse de tout conseil ou suggestion susceptible de pouvoir m’aider!

Laisse un commentaire ci-dessous et partage aux amateurs de voyages dans ton entourage! Qui sait? J’en rencontrerai peut-être certains pendant mon aventure!

Tes choiX. Ta vie.

There was an issue loading your timed LeadBox™. Please check plugin settings.
There was an issue loading your exit LeadBox™. Please check plugin settings.
2017-07-12T14:35:04+00:00

One Comment

  1. Nicole Culis juin 16, 2017 at 2:56 - Reply

    Bravo Jade, je trouve ton futur projet de vie extraordinaire. Nous n’avons qu’une vie, elle nous appartient qu’à nous seul. Comme tu le dis, le doute et la peur vont souvent être tes compagnons de voyage, mais il y a un proverbe qui dit …. VA OU TU VEUX, MEURT OU TU DOIS…..j’ai toujours été convaincue qu’à notre naissance, notre destin était tracé.
    Si notre vie était à refaire, nous partirions faire le tour du monde sur un bateau, rencontrer les gens des iles lointaines encore chanceux ne pas être pollués par l’argent. Dès notre retraite, nous partirons sur un bateau, mais juste pour vivre avec mon Homme loin de ce monde de combines, de violence et d’argent pas toujours propre, nous deux, on ne veut plus vivre ça..
    Va ma belle, vie ta vie, même s’il faut que tu serres les dents et des fois les poings, mais dit toi que, si tu ne réalises pas ton rêve, tu le regretteras toute ta vie.
    Je t’embrasse et à un de mes passages à St Jérôme, je te passe un coup de fil et c’est moi qui paiera le resto !!

Leave A Comment